J'ai l'impression que depuis quelques années, il y a des communautés intentionnelles qui pop un peu partout au Québec. Je ne peux pas dire avec certitude que le mouvement grandit dans notre province, mais j'ai l'impression que oui. Si vous désirez joindre une communauté, voici une réflexion et des idées de choses à faire et à ne pas faire.

J'assume que vous savez déjà de quoi je parle quand j'utilise le terme « communauté intentionnelle ». Peut-être que ça pourrait être le sujet d'une autre discussion... mais restons focus.

Si ce mode de vie vous intéresse, vous avez deux choix :
1. Créer une nouvelle communauté
2. Joindre une communauté existante.

Je m'adresse à celles et ceux qui choisissent le second. Il y a des choses à faire et à ne pas faire pour se rapprocher une communauté dans le but de s'y joindre.

Je vous partage mon point de vue de l'intérieur d'une communauté établie. J'y ai grandi étant jeune et y vis en tant qu'adulte depuis 2013. J'ai vu beaucoup de stagiaires et woofers passer. J'ai accompagné des gens qui souhaitaient se joindre. J'ai participé à la mise à jour du processus d'intégration. Cela pourrait être un point de vue complémentaire qui vous fera considérer certains aspects auxquels vous n'avez peut-être pas encore réfléchi.

Je divise ce parcours en trois étapes dont chacune devrait durer environ un an... Oh my God ! 3 ans, c'est méga long... oui et, à partir du premier contact à la décision finale, c'est peut-être nécessaire. C'est un choix important et il faut prendre son temps si on veut choisir la « bonne » communauté (dans le sens qui est la meilleure pour un individu donné).

Non seulement pour la personne qui joint, mais c'est aussi super important pour la communauté de se laisser assez de temps pour bien connaître la nouvelle personne. Car, ça prend un(e) seul(e) individu(e) pour casser une dynamique de groupe. C'est une situation dont j'ai déjà malheureusement été témoin.


Première étape : Découverte


L'idée durant cette période est d'apprendre à connaître la communauté. Les gens, les lieux, le fonctionnement, la dynamique et l'énergie du groupe. Aussi, se faire connaître par les gens du collectif.

Avant même de penser sérieusement à joindre, il faut, au minimum, faire une visite des lieux. Si vous voulez vous joindre à un groupe avant même d'avoir fait une visite, c'est certain que l'idée que vous avez de la place n'est pas fidèle à la réalité.

Il faut commencer par aller visiter le site web. Est-ce que le groupe est ouvert à ajouter de nouveaux membres ? Probable que oui, mais c'est aussi possible que non.

Considérer à quelle étape la communauté est rendue.

Est-ce qu'est est établie ? Un terrain est acheté, des habitations et en centre communautaire sont déjà construit.

Est-ce qu'elle est en construction ? Un terrain est acheté, mais la plupart des bâtiments restent à construire.

Est-ce qu'elle est en projet ? Un groupe de personnes se rassemble, mais un lieu n'a pas encore été trouvé.

Si la communauté et en démarrage (en projet ou en construction), il est possible que le groupe souhaite rester petit pour bien mettre les choses en place avant de penser accueillir de nouveaux membres.

S'il y a lieu quelles sont les opportunités mises en place par la communauté afin de favoriser cette découverte ?

1. Visite guidée. Assurez-vous de réserver une place d'avance.

2. Corvée collective (bee, joyeuse corvée). Bien que son nom est différent d'une place à l'autre, c'est une pratique courante de se rassembler pour accomplir des tâches. Souvent de l'aménagement extérieur (mettre des toiles sur des serres, planter des oignons, ramasser des branches, récolter de l'ail, construire une toilette compost, etc.). Toutes les communautés ne sont pas ouvertes à intégrer des gens de l'externe durant ces activités, mais d'autres oui. En plus de commencer à connaître les gens, vous allez aider concrètement le groupe et les membres de la collectivité verront cela d'un bon œil.

3. Journée porte ouverte. En générale, les communautés sont bien au fait qu'il faut créer un espace pour répondre au besoin de découverte des gens. Souvent annuelle, la journée porte ouverte est prévue pour ce premier contact. Aussi, lors de cette date, la communauté sera en mode « ouverture », ce qui n'est pas toujours le cas.

4. Journée des Communautés durables (Day of Sustainable Communities). Depuis quelles années, cet événement mondial gagne en popularité. Peut-être que la communauté dont vous souhaitez vous rapprocher y participe. Est similaire à une JPO. Ce sera le 18 septembre 2021 cette année.

5. Événements de formation en immersion. Par exemple, Vivons en écocommunauté au Cohabitat Mont Otis (Aussi à L'Habitat de l'Hêtre et Sur les toits du monde). Le cours EDE à La Cité Écologique. Le cours de Permaculture Humaine (cette année à l'écohameau des Bernaches).

6. Stage de quelques semaines. Avec ou sans premier contact. Si vous n'y avez jamais mis les pieds, favorisez un stage d'une courte durée (~ 2 semaines). Quitte à faire une demande pour le prolonger par la suite.

7.Participer à un stage de plusieurs mois. Après plusieurs contacts, étudiez la possibilité de faire un stage de longue durée. C'est la dernière étape avant de faire une demande d'intégration.

Choses à faire :

  • Visiter le site web
  • Prendre RDV pour une visite
  • Respecter les processus mis en place par la communauté (JPO, stages, woofing, corvée collective)
  • Déménager à proximité pour faciliter les contacts.
  • Participer à des stages et formations sur place

Choses à ne pas faire :

  • Arriver à l'improviste pour une visite guidée
  • Demander à camper sur place (à moins de camping officiel géré par la communauté wink Cohabitat Mont Otis)
  • Stationner, sans autorisation, sur le domaine un véhicule dans lequel vous dormez
  • Venir marcher sur le domaine sans préavis
  • S'engager dans un stage de longue durée, mais finalement ne pas le compléter
  • Avoir une attente exacte de ce que la communauté devrait être


En gros, l'important est de respecter le carde que la communauté met en place pour la découverte. Elle n'est pas en tout temps ouverte à recevoir des gens. Lorsqu'elle l'est, tout se passera bien. Aussi, si vous croyez avoir une bonne idée cette de ce que la communauté devrait être, méfiez-vous de vos attentes personnelles. Cette découverte devrait se faire sans certitude.


Deuxième étape : Expérimentation


À partir d'ici, vous connaissez la plupart des gens de la communauté, vous avez fait un stage suffisamment long pour vérifier que, a priori, ce mode de vie vous convient et vous désirez toujours poursuivre les démarches dans le but d'éventuellement joindre le projet.

C'est important de comprendre que l'échantillon de vie découvert en première partie est encore incomplet. Par exemple, il y a peut-être une vie communautaire très active durant l'été : des corvées collectives fréquentes dans les jardins, des feux de camp le soir, des sports et des fêtes... c'est possible qu'à l'hiver le rythme change. Cet autre rythme est-ce qu'il vous convient ?

De plus, lorsqu'on arrive, on a pas encore l'aperçu de l'étendue des responsabilités nécessaires au maintiens de la vie collective. Il y a des gens qui travaillent fort en ce sens et on n’en a pas encore vraiment conscience. Ça, ça fait partie de l'effet « lune de miel ».

Le plus bel été de ma vie (à ce jour) : mai 2013. Je viens tout juste de revenir dans la communauté. Il fait beau, on joue au volleyball tous les soirs. On va se baigner. On cueille des fèves. J'habite dans une maison collective avec des stagiaires venus de France, de l'Ouest canadien et plus. Presque tous les soirs, on se fait un repas commun. Je profite de tous les avantages du vivre ensemble... sans avoir encore expérimenté les responsabilités et les inconvénients.

L'effet « lune de miel » c'est aussi l'énergie de la communauté. Wow ! gens s'entraide et sont gentils, j'ai toujours rêvé de ça. On est dans la nature, il y a une belle énergie. Pas de trafic. On se rassemble lors de repas commun tous les midis (ou les soirs). La qualité et le rythme de vie sont au top. On reçoit vraiment un « boost » d'énergie et de bonne humeur collective qui s'élève vers un but commun. C'est un « feeling » jamais ressenti auparavant.

La lune de miel peut durer longtemps. Peut-être même plus d'un an. Et s'il n'y a qu'une certitude à avoir c'est que, tôt ou tard... elle va se terminer. Selon certains processus d'intégration, lorsque quelqu'un demande à joindre après un stage de plusieurs mois, on demande un an d'expérimentation. Ça donne une meilleure vision d'ensemble sur le quotidien et le revers de la médaille.

Si vous devez faire l'achat d'une partie de la copropriété pour vivre dans la communauté, étudiez la possibilité de louer pour un an.

Choses à faire :

  • Apprendre à connaître les gens
  • Participer aux événements
  • Être ouvert d'esprit et observateur
  • Prendre conscience de l'effet « lune de miel » et de son inévitable fin
  • Poser un volume équilibré de questions (pas trop indiscret... mais assez pour apprendre les rouages)
  • Prendre conscience de et s'imaginer à la place des gens qui ont beaucoup de responsabilités

Choses à ne pas faire :

  • Remettre en cause des règles ou fonctionnements durant la période d'essaie (éventuellement, vous aurez votre mot à dire... faut juste se laisser un peu de temps)
  • Poser trop de questions, trop personnelles, trop vite
  • Prendre une décision finale de joindre trop tôt
  • Croire que ce merveilleux sentiment de vie collective durera pour toujours
  • Analyser trop avec sa tête sans vivre avec son cœur


Bref, à travers cette expérience, ce qu'il faut découvrir c'est soi-même. Qu'est-ce qui vous plaît et qu'est-ce qui ne vous plaît pas dans la communauté ? Quelles sont les responsabilités que vous trouvez difficiles ou faciles ? Quels sont vos besoins de temps et espace collectifs vs personnel ? Qui sont les gens avec qui vous avez plus ou moins d'affinité ? Peut-être aviez-vous une certaine vision de la vie collective idéale, est-ce différent en réalité ? Peut-être allez-vous découvrir des comportements chez les autres qui vous déplaisent ? Peut-être est-ce un miroir que vous n'aviez jamais vu ?


Troisième étape : Confirmation


Cette étape commence lorsque le revers de la médaille se dévoile. Si certains membres de la communauté commencent à vous énerver. Si vous aimeriez changer certaines pratiques ou règles, car elles ne vous conviennent pas. Si vous avez découvert que untel et unetelle ne sont pas capables de travailler ensemble sans créer un conflit. Ou vous êtes vous-même tombé dans une situation conflictuelle. Ça y est ! Vous y êtes rendu !

Si par une sorte de magie, ça ne s'est pas encore produit après un an de vie commune, de deux choses l'une. La lune de miel n'est pas encore terminée... ou vous êtes une personne extraordinairement épanouie, proactive et autodidacte en développement personnelle, communication, connaissance de soi, leadership et dynamique de groupe... c'est possible, mais simplement peu probable. Règle générale, on a toutes et tous un bout de chemin à faire là-dedans.

Rendue là, une chose toute naturelle se produira : la remise en cause de ce choix de joindre la communauté. Ouin, est-ce que je veux vraiment vivre ici à long terme avec tout ce que ça implique ?

Je vous invite à faire un exercice tout simple : une liste de pour et de contre. Tout au long de l'année, ajoutez à cette liste les raisons pour lesquels vous aimeriez rester et celles qui vous donnent envie de partir.

À la fin de cette dernière étape, vous serrez plus objective(f) et réaliste que la première année d'expérimentation et vous serrez en mesure de prendre une décision éclairée à savoir si oui ou non vous choisissez le vivre ensemble avec tous les défis et les joies que cela comporte.

Regardez votre liste, prenez votre temps et écoutez votre cœur. À ce moment le choix sera évident.